Allaitement et travail : Comment s'organiser ?

L'allaitement longue durée dont nous vous parlions ici implique forcément que certaines mamans continueront à allaiter en travaillant.

En effet, reprise du travail ne rime pas avec sevrage.  Il suffit de bien s'organiser. Il faut savoir qu'il est typique pour les mères de se sentir fatiguées et d'avoir un sentiment de perte quand elles laissent le bébé à la garde de quelqu'un d'autre.

Il  y a plusieurs options d'allaitement à envisager pour votre retour au travai, mais sachez qu'il n'y a pas de bonne ou mauvaise façon d'allaiter. Faites ce qui marche bien pour vous et votre bébé.

Options d'allaitement :

  • Allaitement complet : Votre bébé peut vous être amené ou vous pouvez aller le voir quand vous travaillez.
  • Tous les repas au lait maternel : Allaitement et lait maternel exprimé seulement.
  • Repas partiellement au lait maternel : Allaitement, repas au lait maternel exprimé et utilisation de lait industriel.
  • Allaitement partiel : Allaitez exclusivement bébé quand vous êtes à la maison, utilisez du lait industriel quand vous travaillez.
  • Inversion des cycles de tétées : Allaitez plus souvent en soirée et la nuit afin qu'il y ait moins besoin de repas (lait maternel ou lait artificiel) durant la journée.
  • Allaitement mixte complet : Vous allaitez seulement matin et soir que vous soyez au travail ou de repos.

 

S'organiser à l'avance :

  • Certains établissements ont des lieux où l'on peut tirez son lait, sinon vous pourrez peut être utiliser l'infirmerie, le vestiaire des dames, votre propre bureau ou encore les toilettes !
  • Achetez ou louez un tire-lait de qualité. Les tire-lait éléctrique à double pompage sont en général les plus efficaces. En plus, ils permettent de réduire au minimum le temps de tirage. (voir la rubrique Choisir son tire lait )
  • Demandez une ordonnance à votre médecin pour le tire lait, il doit indiquer sur celle-ci «Location de tire lait électrique double pompage avec accessoires». (Le remboursement est plus important).
  • Entrainez-vous à tirer votre lait pendant plusieurs semaines. Faites un essai en reproduisant une journée de travail. Commencer les réserves de lait au minimum un mois avant la reprise, voir encore avant si vous le pouvez tout en évitant de commencer le premier mois d'allaitement, afin que la lactation se mette bien en place. Cependant les trop plein que vous avez servent toujours, n'hésitez pas à les stocker.
  • Conserver votre lait au congélateur. Déterminez la quantité de lait nécessaire chaque jour pour que vous avoir un stock suffisant quand vous ne serez pas là.
  • Essayer de tirer votre lait chaque jour à la même heure environ pour faire croire à voter cerveau que votre bébé demande une tétée de plus, en sachant qu'on a plus de lait le matin au lever, mais tirer au moment où vous êtes le mieux .
  • Passez en revue votre garde-robe. Sélectionnez des vêtements qui vous faciliteront l'accés à votre poitrine pour vous simplifiez la vie. Attendez-vous à perdre un peu de lait les premiers temps, le temps que voter lactation s'adapte. Prévoyez des coussinets d'allaitement.

 

Deux petits « secrets » permettent de mettre toutes les chances de son côté :  

Ils sont très simples, mais peuvent paraître déroutants, car ils vont à l'encontre de beaucoup d'idées reçues.

Le premier est de continuer à allaiter complètement jusqu'à la reprise effective du travail, sans s'inquiéter si le bébé refuse le biberon (ce qui arrive souvent), voire la tasse ou la cuiller : il l'acceptera de la main de la personne qui le gardera, car il en comprendra alors la nécessité et l'utilité. Tandis que lorsque c'est la mère (ou une autre personne en présence de la mère, voire parfois en son absence mais avant la reprise), il ne comprend pas pourquoi on lui propose du « deuxième choix » alors que le « premier choix » est là tout près, à portée de bouche.

On s'évitera ainsi bien des angoisses et des conflits pouvant tourner à l'épreuve de force. On minimisera aussi le risque de confusion sein/tétine (toujours présent, même s'il est fortement diminué, quel que soit l'âge de l'enfant) et on aura davantage de garanties que la lactation, mieux installée car plus ancienne, ne se tarisse pas.

Bien sûr, accueillir un enfant qui n'a jamais connu le biberon inquiète souvent personnels de crèche et assistantes maternelles. Pourtant, quand on les interroge, elles reconnaissent volontiers que pour les bébés nourris depuis la naissance au biberon, il y a aussi besoin d'une période d'adaptation et qu'il arrive que certains refusent au départ le biberon donné par une nouvelle personne dans un lieu nouveau. Rien de très différent avec un bébé allaité...


La deuxième chose est, après la reprise, de continuer à allaiter à la demande dès qu'on a l'enfant avec soi (matin, soir, nuit, jours de congé, vacances). Non, cela ne « perturbera » pas l'enfant de ne pas avoir le même rythme à la crèche ou chez la nourrice, et à la maison. Au contraire, cela l'aidera à se structurer en lui permettant de faire la différence entre « quand je suis avec maman et que je peux téter » et « quand maman n'est pas là et que je ne peux pas téter ».

De plus, cela permettra de garder un nombre de tétées non négligeable, et ainsi d'entretenir la lactation, même avec des horaires irréguliers.

Ces deux « secrets » expliquent pourquoi tant de femmes qui souhaitaient continuer à allaiter en travaillant disent que « ça n'a pas marché », « ça s'est arrêté au bout de trois semaines ». En effet, quand on parle d'allaitement et travail dans les magazines, on lit en général qu'il faut « habituer » l'enfant aux biberons dès avant la reprise, et qu'après, on pourra donner la tétée « matin et soir ».

Je ne dis pas que ce système ne peut pas marcher. Mais trop souvent, on se retrouve avec une lactation en forte baisse, un bébé frustré, souffrant éventuellement d'une confusion sein/tétine, qui finit par se détourner du sein, à la grande déception de sa mère.

 

Quand vous aurez repris le travail, voici la journée « type » que vous pourrez suivre 

  • Tétée le matin. Vous pouvez donner les deux seins. Si votre bébé n'en rpend qu'un, tirez votre lait sur le deuxième.
  • Tirez votre lait dans la journée (pendant votre pause déjeuner par exemple) en prévoyant de quoi conserver votre lait qui servira à renouveler votre stock (une petite glacière ou un frigo sur votre lieu de travail). Tirez votre lait au moins une fois dans la journée, mais l’idéal serait de le faire 2 fois. Sachez que le droit du travail prévoit 1h par jour non rémunéré aux mamans allaitantes. Certaines conventions prévoient plus, renseignez vous auprès de votre employeur.En rentrant le soir et en retrouvant votre bébé, faites une tétée de retrouvailles
  • Le reste de la soirée, et les week-ends, tétées à volontés.

Essayez de faire un allaitement exclusif et de voir comment ça se passe. Faites vous confiance, beaucoup de femes y parviennent, c'est beaucoup plus simple qu'on ne le croit.

En faisant de bonnes réserves au congélateur cela vous aidera à être moins stressé par les quantités à tirer pour le lendemain.

Pour maintenir une lactation suffisante, essayez de conserver au moins 3 tétées par jour.

 

Pour aller plus loin, n'hésitez pas à consulter les nombreux articles sur l'allaitement disponibles sur le site de La Leche League

(Sources :  http://allaitement.forumactif.fr / http://www.lllfrance.org/Allaiter-Aujourd-hui/AA-72-Reprise-du-travail-poursuite-de-l-allaitement.html)

 

 

 

 

 

 

 

×